#destinationCongoBrazzaville

LES PLATEAUX EN BREF

Localisation : dans le centre du pays et l’hémisphère sud.

Limites administratives : La Cuvette et la Cuvette Ouest au nord, le Pool au sud, la RD Congo à l’est, la Lékoumou et le Gabon à l’ouest.

Superficie : 38 400 km2 soit 11% de la superficie du pays

Population : habitants (estimation 2013)

Chef-lieu : Djambala

Districts : Djambala, Abala, Allembé, Gamboma, Lékana, Makotimpoko, Mbon, Mpouya, Ngo, Ollombo, Ongoni.

UNE ZONE DE PLATEAUX

Tout le territoire du département des Plateaux s’appuie sur les monts Ntalé situés au sud-ouest et qui culminent à 860 m d’altitude. Aux pieds de ces monts, se déplie en forme d’escalier, une série de plateaux, dits plateaux Batéké, qui plongent progressivement au nord vers la Cuvette et au sud vers le Pool (Lékana, situé à 850 m ; Djambala à 800 m ; Lékéti à 750 m ; Ngo à 700 m ; Mbon –Abala-Allembé entre 700 et 400 m Abala-Gamboma entre 400 et 300 m). Au fur et à mesure que l’on se dirige vers les plaines d’Ollombo, d’Ongoni et de Makotimpoko, situé au bord du fleuve Congo, ce plateau perd sa forme tabulaire pour se transformer en site collinaire.

La végétation dominante y est la forêt exploitable entre Abala-Allembé-Ollombo, les forêts galeries et les îlots de forêts secondaires, les savanes tantôt herbeuses ou arbustives, tantôt steppiques ou inondables. Le climat, de type subéquatorial guinéen, est caractérisé par des précipitations annuelles qui décroissent en fonction de l’altitude.

CHÂTEAUX D’EAU DU CONGO

Les monts Ntalé sont un véritable «château d’eau» où prennent leurs sources le fleuve Ogooué et plusieurs rivières, dont la Bouenza, la Ndouo (Niari-Kouilou), pour le bassin du Niari, la Léfini, la Mpama, l’Alima, la Lékéti, la Dziélé et leurs affluents (Nkomo, Louara, Agnié, Fourga, Nambouli, Ngouendé, Ngalissa…) pour le bassin du Congo. Ces rivières décrivent des demi-cercles en s’orientant d’abord vers le nord, avant de bifurquer vers le sud-est pour atteindre le cours du fleuve Congo.

TÉKÉS, MBOCHIS ET MOYES

Le département des Plateaux est majoritairement peuplé de Tékés. Le groupe Téké, installé sur plusieurs départements (Brazzaville, Pool, Plateaux où ils sont les plus nombreux, Bouenza, Niari, Lékoumou) et présents également au Gabon et en RD Congo, comprend une dizaine de sous-groupes, dont les Tios, les Babomas, les Gangoulous, les Tégués, les Tékés-Lalis, les Tékés-Alima… Dans le nord du département, dans la zone frontalière avec la Cuvette, à Ollombo notamment, on rencontre des Mbochis. Près du fleuve Congo et à l’embouchure des rivières Alima et Léfini, vivent principalement des Moyes, qui sont de grands pêcheurs.

TOURISME CULTUREL

Les Plateaux représentent une agréable destination touristique grâce à la présence de sites naturels pittoresques, qui se prêtent aux randonnées pédestres et aux parties de pêche dans les rivières. Toutefois, le principal attrait touristique du département réside dans la découverte de la culture et des traditions tékés.

Les Tékés sont à l’origine de la création d’un puissant royaume, dont les rois, appelés makokos, régnaient sur tout le bassin supérieur du Congo quand les premiers navigateurs portugais en signalèrent l »existence au XVe siècle sous le nom d’Anziques. Le plus célèbre des makokos, le roi Iloo, signa en 1880 avec Savorgnan de Brazza le fameux traité par lequel il faisait « cession à la France de ses droits héréditaires de suprématie ».

A la fois négociants, agriculteurs et artisans – ils travaillent admirablement le raphia et le fer, les Tékés continuent à cultiver le tabac et le manioc qui étaient, jadis, leur principal commerce. Très attachés à leurs traditions, ils ont développé une culture empreinte de grande spiritualité. On peut découvrir ces traditions dans les villages et des villes comme Djambala, le chef-lieu du département, et Gamboma.

MANIOC, IGNAME ET POMME DE TERRE

L’agriculture est la principale activité des populations du département des Plateaux, pratiquée à temps plein par près de 75 % de la population active. Les principales cultures sont le manioc et l’igname. Si le manioc est cultivé en association avec les arachides, le maïs, la pomme de terre et la citrouille, en revanche, l’igname se pratique en monoculture. On y cultive aussi de l’oignon, de la banane et de l’ananas. L’élevage y est familial et limité à quelques troupeaux d’ovins, de caprins et de porcins.

Dans les zones inondables le long de la Nkéni, l’Alima et du fleuve Congo, la pêche est l’activité dominante, qui procure une source importante de revenus aux populations riveraines.

Situé entre le Gabon et la RD Congo, le département est une grande zone d’échanges. Ses marchés forains permettent d »approvisionner les grands centres urbains du pays, en particulier Brazzaville, en produits vivriers et en poissons. Ils sont aussi des lieux de brassage et d »échanges entre des Congolais et des ressortissants du Gabon, de la RD Congo et de la République centrafricaine.

Les Plateaux abritent un aéroport international situé à Ollombo et l’un des plus grands hôtels de standing du Congo (Pefaco Hôtel Alima). Ollombo, qui sera, avec Oyo, l’un des pivots de la future Zone économique spéciale, est appelé à devenir un pôle économique important et une étape-clef pour les visiteurs qui se rendent dans les grands parcs nationaux du nord du pays.

ACCÈS A DJAMBALA

À 364 km au nord-ouest de Brazzaville par la RN2 bitumée jusqu’à Ngo puis par la route bitumée de Ngo à Djambala.