#destinationCongoBrazzaville

       « Massive, inexpugnable, ses seules failles seront pour les eaux limoneuses d’une rivière, le reflet argenté d’un lac ou le tracé rouge d’une route s’ouvrant dans la latérite… Immense océan vert pour celui qui la survole. Immense muraille végétale de fûts géants, de branches et de feuillages griffés de lianes aux jeux mortels bordant les pistes comme pour défier l’homme et ses tentatives… C’est aussi la forêt de vie ! Elle est présente, variée et multicolore… Seydou Badian « Congo, terre généreuse, forêt féconde » Le Bassin du Congo est considéré comme le second poumon écologique du monde, juste après la forêt amazonienne.

          Au Congo Brazzaville sont regroupées trois grandes forêts: celle du Chaillu (3.5 million d’hectares), celle du Mayombe dans le sud du pays (1.5 million d’hectares) et la grande forêt du Nord (15 million d’hectares). Pour plus des deux tiers, en particulier dans le Nord, il s’agit d’une forêt primaire que l’homme n’a pas défrichée durant des millénaires. Loin d’être impénétrable, cette forêt primaire est formée d’arbres géants –limbas, okoumé, sapellis, .. –qui atteignent une hauteur de 40 à 60 mètres et dispensent une ombre épaisse peu propice au développement d’un sous-bois dense.

         De fait cette forêt cathédrale avec ses hauts piliers et sa voûte de feuillage, n’empêche pas la circulation à pied. Une bonne moitié de cette forêt du Nord est inondée et les villageois y accèdent en empruntant les voies d’eau navigables telles la Sangha, la Likouala, la Likouala-aux-herbes, le Kouyou et la Motaba. Mais ils ne s’enfoncent pas dans les marécages, fief du peuple pygmée.