#destinationCongoBrazzaville

LE KOUILOU EN BREF

Localisation : dans le sud-ouest du Congo, au bord de l’océan Atlantique.
Limites administratives : le Gabon au nord, le Niari à l’ouest, l’enclave angolaise du Cabinda et la RD Congo au sud.
Superficie : 13 650 km2, environ 4 % de la superficie du pays.
Population : 97 472 habitants (estimation 2013)
Chef-lieu : Loango
Districts : Loango, Hinda, Kakamoeka, Madingo Kayes, Mvouti, Nzambi.

PLAINES CÔTIÈRES ET MONTAGNES

Le département du Kouilou compte un bassin côtier, qui s’étale sur quelque 150 km, et une chaîne montagneuse couverte de forêts (massif du Mayombe), large de 30 à 60 km, et constituée d’une succession de crêtes au mont Foungouti (930 m). Ces sommets sont prolongés par des bassins étroits (vallée de Mvouti au pied du mont Mbamba) et des gorges profondes (Sounda et Ngotou sur le Kouilou, la Loufouyou et la Loémé).

Le climat du Kouilou est soumis à l’influence de l’océan Atlantique. La grande saison sèche débute en mai et se termine à la mi-septembre sur la zone côtière. La petite saison sèche y est à peine ressentie en décembre-janvier. La grande saison des pluies couvre les mois de février, mars, avril et une partie de mai. La petite saison des pluies ne s’étale que sur deux mois (octobre, novembre). Le fléchissement des températures en saison sèche est plus prononcé sur la côte qu’à l’intérieur des terres au-delà du Mayombe (20°C).

LE FLEUVE KOUILOU

Le fleuve Niari, devenu Kouilou dans le Mayombe, constitue le cours d’eau le plus important du département. Il se jette dans l’océan, sous une forêt de mangrove. Les autres petits cours d’eau (Ngongo, Noumbi, Loémé) prennent leur source dans ce massif du Mayombe, parallèle à la côte atlantique, qui s’étire sur près de 200 km. La végétation est composée de savanes herbeuses et de quelques forêts de mangrove le long de la côte et de forêts sur le massif du Mayombe. Le département est peuplé en majorité de Vilis et de Lumbus (Conkouati) sur la côte et de Yombés dans le massif du Mayombe.

AGRICULTURE VIVRIÈRE, FORÊT ARTIFICIELLE ET MINES

Le Kouilou dispose de ressources naturelles très diversifiées. Les zones forestières, en particulier celles de Kakamoéka et de Mvouti, sont propices aux cultures vivrières, notamment la banane plantain et la banane fruit, le manioc et le taro. Des activités de pêche sont particulièrement développées à Nzambi, Madingo-Kayes et Loango. La chasse est pratiquée à Kakamoéka et à Mvouti.

Les différents écosystèmes naturels du département abritent des ressources naturelles variées. Si la forêt naturelle exploitée en essences secondaires (Mayombe) est en voie d’épuisement et fait l’objet de protection (Dimonika), en revanche, il existe un grand potentiel de forêt artificielle (planting d’eucalyptus à croissance rapide près de Pointe-Noire). La pêche maritime est également une ressource importante. La pêche continentale, essentiellement artisanale, se pratique dans les lacs (Conkouati, Dinga, Langa, Cayo et Loufoumbou) et les cours d’eau (Loémé, Ngongo, Noumbi). L’élevage, pour l’essentiel familial, concerne les petits ruminants et la volaille. Les ressources minières, qui sont abondantes, (pétrole et gaz, potasse, phosphates) sont exploitées ou en voie de l’être. D’énormes possibilités de production d’énergie hydroélectrique (projet de construction du barrage de Sounda sur le Kouilou) existent dans le département. La création d’une Zone Economique Spéciale (ZES) sur la façade atlantique permettra d’accroître la fonction économique de la région côtière.

ÉCOTOURISME BALNÉAIRE

Le potentiel touristique du Kouilou est important et porte autant sur le tourisme de loisirs, associé au soleil et à la mer, que l’écotourisme, qui fera le délice des amateurs de safaris-vision, et le tourisme culturel. Le département dispose de belles plages de sable, propices aux activités balnéaires et sportives (baignade, pêche sportive, surf, promenade en bateau, etc.). Il abrite également le parc national de Conkouati-Douli. L’autre curiosité à visiter dans le département est le sanctuaire à chimpanzé de Tchimpounga, créé en 1999, avec une réserve d’environ 7000 ha, dont la gestion a été confiée à l »Institut Jane Goodall.

A quelques kilomètres de Pointe-Noire, les gorges de Diosso, véritable Colorado en miniature, sont une des plus belles curiosités naturelles du Congo. Loango, le chef-lieu du département, est, pour sa part, le siège du royaume de Loango. À l’époque de la traite des esclaves, Loango était un port négrier. Y aboutissait la piste des caravanes par laquelle étaient acheminés les esclaves en provenance du Pool et d’où partaient les produits européens vendus à l’intérieur du pays. Loango abrite un musée et une mission catholique dont on a fêté le centenaire en 1983.

ACCES A LOANGO

à 25 km au nord de Pointe-Noire par une route bitumée.