#destinationCongoBrazzaville

CONKOUATI-DOULI parc national

Érigé en août 1999, le Parc National de Conkouati-Douli inclut l’ancienne Réserve de faune de Conkouati, qui, recouvrait à sa création
en 1980, près de 300 000 hectares. Limité au nord par la frontière gabonaise, au sud-ouest par l’océan, le parc s’étale sur 504 950 hectares, à cheval
sur les districts de Madingo-Kayes et de Nzambi, dans le nord-ouest du département du Kouilou. Co-géré par l’ONG américaine Worldlife Conservation Society
et les autorités congolaises, il comprend une partie terrestre, la plus vaste, avec une zone de protection intégrale “Ngongo”, et une réserve marine le long
du littoral.
De relief peu élevé, en dehors de quelques collines moutonnant jusqu’aux contreforts du Mayombe, le parc est sillonné de cours d’eau (Ngongo, Niambi et Noumbi),
de lacs (Tchibenda, Tchivok) et d’une lagune de 2 400 hectares, l’une des plus grandes du pays. Compte tenu de sa situation géographique, il offre une
diversité de milieux physiques : des savanes ouvertes en bordure de la forêt, une zone humide et divers types de forêts (denses humides, marécageuses,
cotières, de moyenne altitude, mangrove). D’où la présence d’une flore riche et diversifiée.
Le parc abrite quelque 3 000 personnes – principalement des Vili et des Loumbou – dont les villages sont concentrés le long des pistes et autour de la
Lagune de Conkoauti.

ÉLÉPHANTS, TORTUES, CHIMPANZÉS ET TOUS LES AUTRES

Chimpanzés, gorilles, mandrills, léopards, potamochères, éléphants de forêt, crocodiles à front large, tortues marines, lamantins… la faune
du parc de Conkouati-Douli est riche et diversifiée. Outre des espèces encore mal connues – insectes ou batraciens – on y rencontre des espèces
menacées, donc protégées. Parmi ces derniers, le chimpanzé fait l’objet d’une attention particulière. Ainsi, à l’initiative
de l’Ong Help (Habitat Ecologique et Liberté des Primates), un centre de réintroduction des chimpanzés a été établi dans le parc, comprenant
un sanctuaire (sur une berge de la lagune), une nurserie (bivouac), une base de recherche scientifique et un site de relaché (Triangle), une zone
forestière d’environ 21 km2, au nord de la lagune. La réserve marine et le cordon côtier du parc forment l’un des plus importants sites mondiaux pour
la ponte des tortues marines. Dans la lagune de Conkouati, vit une importante population de lamantins.

PÊCHE ET BAIGNADE DANS LA LAGUNE

La lagune Conkouati présente la particularité d’être ouverte sur l’océan Atlantique par une petite passe. Si bien que ses eaux étant à la fois douces et
salées, elles offrent un habitat tant aux poissons d’eau de mer qu’à ceux des fleuves et lacs. Ainsi peut-on pêcher soit dans les eaux de la lagune, soit
dans la passe, depuis la flèche de sable de Conkouati jusque dans la mer. La gamme des prises est étendue : tarpons et carpes rouges, barracudas et
courbines, carangues et ombrines, capitaines et raies-guitares.
La lagune offre de multiples occasions de promenades à pied ou en pirogue, voire de safaris-vision quand des animaux sauvages viennent parfois s’y abreuver.

ACCÈS :

À 152 km au nord de Pointe-Noire, via Diosso et Loango, par la RN 5 bitumée jusqu’à Madingo Kayes, puis piste sableuse jusqu’au parc. Passage du fleuve côtier Noumbi par le bac.